Marc Anckaert

réflexions La peinture n’est pas une simple affaire de couleurs et de formes. Elle propose tour à tour de tromper l’œil dans une perspective, lui faire admettre des volumes alors qu’elle n’est que surface, ou bien dans l’abstraction, assembler des tons et des traits sans rapport avec le tangible, créant ainsi un monde nouveau, recherche purement intérieure, liberté suprême. Tel est le jeu de l’abstraction, telle est sa raison d’être. Ce monde nouveau n’a de rapport avec le monde réel que par des liens secrets, des filaments à dévider patiemment pour trouver le chemin qui nous mène au cœur, une sorte de justification intime, une quête parfois sereine, parfois douloureuse, qui soutient l’œuvre, la signifie.

Je considère l’art abstrait comme la plus haute expression de la liberté. D’abord celle de l’artiste, mais celle du spectateur de l’œuvre également. Et cette liberté d’interprétation est à mon sens, de la plus grande importance dans la relation entre l’artiste et son public.

En musique, trois « acteurs » sont nécessaires : le compositeur, l’interprète et l’auditeur. Pour les arts plastiques le « regardant » doit avoir aussi un talent d’interprète.

Marc Anckaert

© 2008 - Marc Anckaert - Tous droits réservés - Référencé sur art-culture-france.com